Le miscanthus : une énergie durable et polyvalente pour le futur

 In Energies info en ligne, ose

Le miscanthus : une énergie durable et polyvalente pour le futur

Le miscanthus en bref

Le miscanthus géant, une plante énergétique hybride capable d’atteindre une hauteur de 3 à 4 mètres, se distingue par sa capacité à repousser chaque année grâce à ses rhizomes. Chaque saison, de nouvelles tiges aériennes surgissent, offrant un potentiel énergétique renouvelable. La récolte intervient généralement au début du printemps. En France, il faudra attendre jusqu’en 1990 pour voir les premières boutures. En Alsace, la commune de Bernwiller chauffe les bâtiments publics et une cinquantaine de maisons avec cette ressource locale, démontrant sa stabilité économique.

Pourquoi s’intéresser au miscanthus en tant que combustible ?

 

Des avantages écologiques

La culture du miscanthus présente des avantages écologiques notables. Elle requiert peu d’intrants, notamment en termes d’engrais. De plus, il est remarquable qu’aucun nuisible ne lui soit connu, à l’exception du blaireau. L’expérience autrichienne a même révélé que la culture conventionnelle avec intrants n’améliore que peu le rendement. En effet, les plants de miscanthus cultivés atteignent ainsi une hauteur proche des 4 mètres de haut à la fin de l’automne (encore verts et en pleine croissance). Cependant, les feuilles, incapables de tomber, les rendent sensibles au poids, pouvant les faire pencher sous l’effet des intempéries. Néanmoins, subsiste une incertitude quant à la nécessité d’irriguer la culture pour obtenir de bons rendements, un défi potentiel dans les régions de plus en plus soumises à des contraintes hydriques.

Le miscanthus en tant que combustible

Le miscanthus peut être utilisé sous deux formes principales : en vrac ou sous forme de granulés. Cette polyvalence offre diverses options pour le brûler.

Les granulés de miscanthus, bien que plus denses, affichent un potentiel énergétique légèrement supérieur et contiennent moins d’humidité et de cendres que le miscanthus en vrac.

Le taux d’humidité du miscanthus dépend du moment de la récolte et peut influencer la qualité de la combustion. Les taux de cendres sont également des facteurs à prendre en compte.

 

Préoccupations techniques

La qualité du sol est un élément clé à considérer, car le miscanthus absorbe des éléments du sol. Plus le sol est riche en silice et en chlore, plus le miscanthus en contiendra. Cela peut entraîner la formation d’acide chlorhydrique, prédisposant à la corrosion des conduits d’évacuation des fumées. La récolte tardive, à la fin d’avril, peut réduire la teneur en chlore. Pour minimiser le risque de formation de mâchefers, il est recommandé d’ajouter de la chaux dans le stockage du miscanthus.

En anglais, le miscanthus s’appelle « Silvergrass », l’herbe d’argent. Un nom poétique qui nous rappelle que cette plante a de nombreuses vertus, donc beaucoup de valeur !

Choix de la chaudière

Le choix de la chaudière revêt une importance cruciale. Les chaudières à grille mobile ou équipées d’un râcleur sont vivement recommandées pour éviter la formation de mâchefers. L’approvisionnement du combustible se fait généralement au moyen d’une vis sans fin. De plus, il est essentiel d’augmenter la taille du bac à cendres pour gérer la production accrue de cendres du miscanthus.

 

Réduire les risques de corrosion

Pour prévenir la corrosion des conduits d’évacuation, il est conseillé d’opter pour un tubage en céramique. Maintenir la température de fumée à un niveau élevé est essentiel pour éviter la condensation. Cela peut être accompli en ajustant la gestion de l’air secondaire de la chaudière.

 

Émissions et mélange

Les émissions de polluants du miscanthus se conforment aux normes en vigueur. Lorsqu’il est mélangé à d’autres combustibles, l’homogénéité et la constance du mélange sont des éléments essentiels.

 

Analyse financière

Les coûts d’investissement pour l’utilisation du miscanthus sont comparables à ceux du bois déchiqueté. De plus, les agriculteurs peuvent bénéficier de subventions, notamment auprès de CLIMAXION. Il est à noter que cette culture a d’autres utilisations complémentaires, telles que le paillage horticole, la litière pour les animaux, un complément alimentaire pour le bétail, et même un matériau isolant.

 

Vers un avenir plus renouvelable

Le miscanthus se présente comme une option prometteuse pour la production d’énergie durable et propre. Ses avantages environnementaux et sa polyvalence en font une alternative attrayante pour répondre à nos besoins énergétiques tout en respectant l’environnement. Alors que la recherche et les développements se poursuivent, il est temps de considérer le miscanthus comme un élément clé de la transition vers des sources d’énergie plus durables.

 

Julien Afonso

Conseiller énergie collectivités

exemple d’instalation en Alsace

Bernwiller-Ammertzwiller

  • Initiative lancée pour la préservation de la ressource en eau (taux de nitrate trop élevé)
  • Chaudière bois de 2008 adapté pour le miscanthus en 2011 : 400kW
  • Réseau de chaleur alimentant 60 bâtiments, communaux et privés
  • Vente de chaleur à 0,055€/kWh
  • Culture de miscanthus par 13 agriculteurs avec contrat de vente à la commune.

Brumath

  • Initiative lancée pour la préservation de la ressource en eau (présence d’atrazine) et la lutte contre les coulées de boue
  • Trois chaudières biomasse installées en 2013 : 3 x 85kW
  • Réseau de chaleur technique alimentant 10 bâtiments municipaux
  • Culture de miscanthus sur 15ha par 5 agriculteurs.
    Coût total du projet : 421 000 €

Retrouvez ces exemples, ainsi que de nombreux autres, et une mine d’informations sur

https://france-miscanthus.org/

 

Recent Posts

Leave a Comment