Comment bien utiliser et bien entretenir son chauffage au bois ou biomasse

 In Non classé, ose

Bien choisir son combustible

Il est important de bien choisir le bois qu’on brûle. En effet les bois résineux sont moins denses et contiennent donc moins d’énergie : ils se consument alors plus vite et peuvent encrasser le système de chauffage. Il faut privilégier les bois feuillus tel que le chêne, le hêtre, le frêne, l’érable ou le bouleau, qui permettent un meilleur rendement et assurent  la durabilité de l’installation.

Pour le choix des granulés de bois, il y a plusieurs critères à vérifier :

La certification : il existe plusieurs certifications françaises et européennes qui garantissent une fabrication et un produit de qualité.

DIN plus (certification allemande)

ENplus (certification européenne, leader mondiale qui prend en compte l’ensemble de la chaîne logistique et gère activement les fraudes)

 

NF Biocombustibles Solides Granulés (la certification française).

La taille du pellet : il faut privilégier une taille de pellet d’environ 6 à 8 mm de diamètre pour un longueur de 2 à 3 cm. Un pellet trop grand peut causer un blocage du système de chauffage.

Le taux d’humidité dans le pellet : il faut que le taux d’humidité se situe entre 8 et 10 % afin de garantir un bon rendement et éviter un encrassement de l’appareil.

Le taux de fines/ la densité des granulés de bois : Les fines sont des résidus de bois dues aux opérations de transformation et de transport : il faut que le taux de fines soit faible, moins de 1 %. La densité a un impact direct sur le taux de fines : plus le degré de densification du granulé est élevé plus le taux de fines est faible ce qui va mener à produire plus de chaleur.

La durabilité mécanique : c’est la résistance du granulé face aux chocs, il faut donc un pourcentage de durabilité mécanique élevé, environ 95 %.

Privilégier les granulés sans additifs qui sont néfastes pour l’environnement et qui augmentent la quantité de cendres.

Vérifier le pouvoir calorifique des granulés : il faut qu’un granulé produise au minimum 5 kWh/kg.

Le stockage du combustible est très important : il faut que le bois/les granulés soient à l’abrisde l’humidité et de la pluie.

Veillez à vous fournir localement afin de diminuer l’empreinte carbone due au transport !

L’allumage du feu

Petit rappel : le principe de la combustion repose sur le triangle du feu. Pour permettre une combustion complète, il faut un apport suffisant de dioxygène. Le cas échéant, du monoxyde de carbone sera dégagé. Le moment le plus émissif en particules fines et en CO2 est donc l’allumage.

Pour réduire ces émissions, il est conseillé de procéder à l’allumage inversé, aussi appelé « Topdown ». Cet allumage permet de :

  • Mieux contrôler la combustion
  • Brûler davantage de gaz à combustion
  • Dégager moins de fumées : ces dernières générées par la combustion sont captées et consumées par les flammes
  • Diminuer l’émission de polluant
  • Réduire la consommation de bois
  • Chauffer plus rapidement le conduit de fumée permettant une meilleure combustion

En fonctionnement

Il est important de vérifier que l’appareil fonctionne à son rendement maximal, c’est à dire : une bonne combustion indiquée par des fumées peu abondantes, une vitre qui s’encrasse peu, et un lit de braises qui se consument lentement.

L’entretien de l’installation

Entretiens périodiques :

L’entretien annuel est obligatoire pour des raisons de sécurité pour les chaudières d’une puissance supérieure à 4 KW. Cet entretien permet d’optimiser les performances énergétiques de l’appareil, de garantir une meilleure longévité, de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Il est possible de souscrire à un contrat d’entretien auprès d’un artisan chauffagiste pour réduire les coûts annuels. Il est important de choisir un professionnel habilité pour réaliser les opérations d’entretien : il faut que l’artisan soit qualifié RGE. Une attestation sera délivrée après son passage.

Pour les poêles, foyers fermés et insert, l’entretien n’est pas obligatoire mais vivement conseillé.

Le ramonage des conduites de fumées est à réaliser obligatoirement au minima deux fois par an par un professionnel qualifié en ramonage.

Entretiens réguliers :

Des entretiens plus réguliers peuvent être réalisés par tout un chacun :  vider le bac à cendre et nettoyer le foyer de l’appareil. Les cendres empêchent l’alimentation en air du feu ce qui entraine une mauvaise combustion.

Les cendres peuvent être réutilisés. Grâce à leurs pouvoirs dégraissants, les cendres peuvent être utilisées pour nettoyer les vitres, du cuivre, de l’argenterie et même pour la lessive. La vitre de l’appareil de chauffage peut donc être nettoyée avec de la cendre.

Les cendres peuvent également être mises dans le compost, être utilisées comme engrais mais également comme répulsif pour certains animaux et insectes.

Léa Baneau

Conseillère Énergie collectivités

 

Recent Posts

Leave a Comment